Comité Représentatif
de la Communauté Ukrainienne en France

Dossier - La Crimée

La Crimée : après l'annexion russe, la militarisation et la répression.

POLITIQUEMENT, la Crimée a été russe 150 ANS EN TOUT, les Russes majoritaires UN DEMI SIÈCLE.

La Crimée a été russe de 1783 à 1954. Ses habitants ne sont majoritairement russes que depuis 1944 et la déportation des autres groupes ethniques. - Gérard Araud (@GerardAraud), 00h21 le 18 Novembre 2014

La Crimée était Tatare, puis Ottomane, jusqu'en 1780 - 1790, lorsqu'elle a été cédée à l'Empire Russe.

En 1954, la Crimée est passée à la RSS d'Ukraine, puis en 1991 à l'Ukraine indépendante avec un statut de république autonome, avant son annexion militaire illégale par la Fédération de Russie en 2014.

ETHNIQUEMENT

Jusqu'au début du XXème siècle, les Tatars de Crimée y étaient majoritaires.

Pendant l'entre deux guerres, des colons Russe ont investit la Crimée et sont devenus majoritaires.

La deuxième guerre mondiale a vu la population de Crimée décimée par l'Allemagne Nazie, puis par le régime de Staline, qui déporte des centaines de milliers de Tatars.

Entre 1945 et 1991, la Crimée voit sa population de Russes et d'Ukrainiens s'accroître.

En 1991, l'Ukraine indépendante accueille en Crimée les Tatars déportés par Staline et leurs descendants.

La population de Crimée

Source : recensements Russes, Soviétiques et Ukrainiens

L'ANNEXION

Un référendum pour l'indépendance se prépare dans un climat de transparence et de liberté de la presse, pas en une semaine quelques jours après une invasion militaire.

L'annexion a été méticuleusement préparée par Moscou, comme l'a avoué le Kremlin en Mars 2015.

L'annexion fait suite à des années de propagande russe en Crimée à travers la diffusion de la télévision contrôlée par le Kremlin, l'Ukraine garantissant la liberté de s'informer.

Quelle démocratie quand le chef d'un parti criméen qui détient 5 % des siège au parlement, est désigné dirigeant de la Crimée par Moscou suite à l'annexion ?

Le membre des forces spéciales russes de Strelkov, qui a participé à l'annexion de la Crimée et à l'organisation des combats dans l'est de l'Ukraine, explique comment s'est opérée la soumission des institutions de la République Autonome de Crimée : seuls les forces spéciales du régime de Yanoukovich n'ont pas eu besoin d'être forcées à reconnaître la "volonté" du peuple de demander l'indépendance.

  • La Russie envahit la Crimée

    A 4h30 du matin, un groupe de personnes non identifiées, armées et vêtues d'uniformes en tous points identiques à ceux de l'armée russe occupe les siège du Conseil Suprême de Crimée et du Conseil des Ministres de la République Autonome de Crimée (RAC) à Simféropol.

    Des procédures judiciaires ont été enclenchées suivant l'article 258 du code criminel ukrainien « Acte de terrorisme ». Les Services de Sécurité Ukrainien en Crimée est chargée de l'enquête.

    Sous la menace d'armes automatiques, le Conseil suprême de Crimée, ignorant la Constitution ukrainienne, la Constitution de la République Autonome de Crimée et les lois de l'Ukraine, a pris la décision :

    • De destituer le Conseil des Ministres de Crimée et de mettre fin à ses activités
    • De nommer Sergiy Aksionov comme Président du Conseil des Ministres de la République Autonome de Crimée
    • D'organiser un référendum local sur l'indépendance le 25 Mai 2014
  • Le référendum illégal pour l'indépendance de la Crimée

    Re-planification pour le 30 Mars 2014.

    Le gouvernement Criméen illégitime est de toute évidence en train de se dépêcher pour profiter de la présence des forces armées russes qui ont occupé le territoire Criméen. Les troupes d'occupation russes ont échoué leur opération visant à désarmer les officiers militaires ukrainiens pour faire de l'armée ukrainienne présente une force militaire Criméenne à part, et c'est pourquoi le référendum a de suite été avancé de plusieurs mois.

  • Un tribunal de Kyiv a délivré un mandat d'arrêt

    La Cour du district Shevchenkivskiy de Kyiv a lancé un mandat d'arrêt pour Serhiy Aksionov et Volodymyr Kostiantynov (président du Parlement de Crimée). Tous deux sont poursuivis pour avoir commis des crimes mentionnés par la première partie de l'article 109 du Code Criminel ukrainien.

    (activités visant à changer ou renverser l'ordre constitutionnel par la force ou l'usurpation du pouvoir de l'État)

  • Le référendum illégal pour l'indépendance de la Crimée

    Re-planification pour le 16 Mars 2014.

  • Le référendum illégal pour l'indépendance de la Crimée

    Le jour du référendum.

    Les lois de l'Ukraine stipulent que seul un référendum à l'échelle de l'Ukraine entière est possible. Ainsi, tout référendum local est illégal.

LA VIE EN CRIMEE DEPUIS L'ANNEXION

Amnesty International : Tatars de Crimée. Une population menacée de persécutions dans la nouvelle Crimée

Des dizaines de Tatars de Crimée enlevés, assassinés et torturés.

Menaces, intimidations et expropriation des « minorités » ethniques et religieuses.

Expulsion des « minorités » ethniques et religieuses.

Climat de terreur, et dégradation vertigineuse des droits de l'homme et de la liberté de la presse.

Militarisation du territoire par la Fédération de Russie.

Un des nombreux exemples d'atteintes aux libertés de la presse et droits fondamentaux des minorités nationales est l'interdiction de la chaîne télévisée Tatare ATR en Avril 2015.

Selon une conclusion de la Freedom House, la Crimée a récemment rejoins la Syrie dans le bas de tableau en ce qui concerne la liberté de la presse et d'expression.

L'économie russe souffre aussi des effets négatifs de l’annexion qui coûte cher aux Russes.

L'annexion de la Crimée : quel prix à payer pour la Russie ?

Cette page sera mise à jour régulièrement...