Comité Représentatif
de la Communauté Ukrainienne en France

Origine du missile anti-aérien Buk des séparatistes

Le 8 novembre 2014

Une enquête de Bellingcat

Résumé

Ce rapport analyse les éléments probants de sources diverses ("open source") en particulier celles des réseaux sociaux, concernant le lanceur de missiles Buk filmé et photographié dans l'Est de l'Ukraine le 17 juillet ; nombreux ont été ceux qui ont établi qui pourrait avoir un lien avec l'attentat du Vol MH17 de la Malaysian Airlines.

Alors que des informations de sources diverses ("open source") sont disponibles sur d'autres aspects de l'attentat du MH17, l'équipe d'enquête Bellingcat MH17 estime que celle-ci fournit des informations importantes sur l'origine et les mouvements du lanceur Buk filmé et photographié le 17 juillet. L'équipe d'enquête Bellingcat MH17 estime également que la plupart des réponses aux questions en suspens au sujet de l'attentat du MH17 seront fournies par l'enquête officielle; cependant, notre enquête a été rendue possible par l'examen de documents de sources diverses ("open source") négligées par les autres organisations.

Le rapport est divisé en trois sections. La première examine la preuve de sources diverses ("open source") concernant les mouvements du lanceur Buk dans l'Est de l'Ukraine, le 17 juillet, la deuxième prouve démontre que le lanceur Buk, filmé et photographié le 17 juillet est originaire de Russie et faisait partie d'un convoi se dirigeant vers la frontière ukrainienne à la fin Juin, et la troisième se penche sur l'activité des véhicules vus dans le même convoi après le 17 juillet.

L’équipe d'enquête Bellingcat MH17 affirme qu'il existe des preuves indéniables confirmant que les séparatistes en Ukraine avaient le contrôle de ce lanceur de missiles Buk le 17 juillet et l’avaient convoyé de Donetsk à Snizhne sur un transporteur. Ce lanceur de missiles Buk a été déchargé dans Snizhne environ trois heures avant l'attentat du MH17 et un semi-remorquelus tard un missile a été filmé traversant la zone de Louhansk contrôlée par les séparatistes.

L'équipe d'enquête Bellingcat MH17 croit également que le même lanceur Buk faisait partie d'un convoi en provenance de la 53ème Brigade de Missiles Anti-Aérienne de Koursk à proximité de la frontière avec l'Ukraine. Il apparaît que dans le cadre d'un exercice d'entraînement entre le 22 juin et le 25 juillet, en dehors du convoi principal, à un moment donné, ce lanceur de missiles Buk ait bien été filmé en Ukraine le 17 juillet. De toute évidence, Il existe par conséquent des preuves indiquant que l'armée russe a fourni le lance-missiles Buk, filmé et photographié le 17 juillet aux séparatistes dans l'Est de l'Ukraine.

Première section : le missile anti-aérien Buk du 17 Juillet

Après le crash du vol MH17 des photos et vidéos ont été postées sur les réseaux sociaux montrant un lance-missiles anti-aérien dans la zone située à proximité du crash. Utilisant différentes techniques et outils, l'équipe d'enquête Bellingcat MH17 a pu établir la localisation précise de ces images et l'heure approximative à laquelle elles ont été prises. L'équipe d'enquête a retracé la route du lance-missile à travers un territoire sous contrôle des séparatistes dans l'est de l'Ukraine le 17 juillet.

Photo du lance-missile anti-aérien Buk – Donetsk – Ukraine le 17 juillet (Source Paris-Match)

Donetsk

Le 25 juillet, le magazine Paris Match publie une photo d'un lance de missile anti-aérien Buk transporté sur un camion à travers la ville de Donetsk, contrôlée par les séparatistes. La localisation de la photo situe sa prise de vue en direction de l'est le long de l’autoroute H21.

Les enquêtes de Storyful et de Paris Match établissent que la photo a été prise vers 11h du matin le 17 juillet. L'ombre que l'on repère sur le véhicule est constante à cette heure-là. Paris Match indique par ailleurs que c'est la photo de meilleure qualité disponible. Un message Twitter posté à 12h32 (heure locale), le 17 juillet indique avoir noté la présence d'un lance missile Buk à l'intersection du boulevard Shakhtostoiteley et de l'avenue Llych et se dirigeant vers Makiivka. Ce tweet conforte la localisation et le chemin décrits par le photographe de Paris-Match. Après avoir appelé le numéro de téléphone écrit sur le camion Paris-Match a contacté le propriétaire de la société qui lui a affirmé que le camion, unique dans la région, lui a été volé par les séparatistes.

Copie d'écran d'une séquence filmée à Zuhres 17 juillet

Zuhres et Shakhtarsk

Le 17 juillet, une vidéo postée sur You Tube montre le Buk photographié à Donetsk traversant la ville de Zuhres, le long de l'autoroute H21, à environ 36 km à l'est de l'endroit où a été prise la photo par Paris Match. En utilisant les informations fournies par la vidéo il a été possible de déterminer la localisation du tournage de cette vidéo, l'autoroute H21 qui traverse Zuhres, et de démontrer que le Buk a poursuivi sa route vers l'est. Il était également affirmé, dans un tweet aujourd'hui supprimé, que la vidéo a été tournée vers 11h40, même s'il n'a pas été possible de vérifier cette heure au regard de l'information disponible. Un tweet posté à 12h42 (heure de Kyiv) indique que 3 tanks et un Buk recouverts de filets sont passés par Shakhtarsk, une ville située à l'est de Zuhres et à l'ouest de Torez sur l'autoroute H21.

Photo de Torez, Ukraine, 17 juillet 2014

Torez

L'image ci-dessus a été largement partagée au cours de la soirée du 17 juillet. L'équipe d'enquête sur le MH17 n'a pas pu trouver d'exemple de photo prise plus tôt que celle postée par l'utilisateur du réseau social russe VKontakte (VK) à 20h09 (heure de Kyiv) le 17 juillet. L'équipe de l'enquête pense que la photo a tout d'abord été postée dans la rubrique « entendu à Torez » de la page de VKontakte, mais a depuis été retirée. Il était alors encore possible de déterminer l'endroit exact de prise de la photo et, en utilisant les ombres visibles, estimer qu'elle avait été prise à 12h30. Cette heure est confirmée par des post sur Twitter et VKontakte de la part d'habitants qui affirment avoir vu un convoi militaire se déplaçant vers l'est, traversant Torez en direction de Snizhne en début d’après-midi. Trois tweets décrivant le lance-missiles accompagné d'un convoi traversant Torez ont été postés à 12h07, 12h15 et 12h26 heures locales. D'autres postés sur VKontakte à 13h14 et 14h14 mentionnent le convoi comprenant 3 tanks, ce qui confirme l'information postée sur Twitter avant le crash du vol MH17. En plus de ces témoignages les journalistes qui se sont depuis rendus dans la ville ont eu confirmation du convoi vu le 17 juillet. Des journalistes du Guradian et de Buzzfeed se sont rendus à Torez le 22 juillet et ont interrogées des personnes sur place qui leur ont confirmé à la fois l'heure et le chemin emprunté par le lance-missiles Buk sur la route de Snizhne le long de l'autoroute 21.

Photo et copie d'écran de séquence filmée du lance-missiles Buk à Snizhne, Ukraine, 17 juillet 2014

Snizhne

Une photo et une vidéo postées sur Twitter et YouTube montrent un lance-missiles Buk dans la ville de Snizhne. A la différence des autres photos et vidéos le Buk n'est pas montré sur un semi-remorque surbaissé mais se déplaçant par ses propres moyens. La localisation montrée dans cette vidéo est précise et montre le Buk se dirigeant vers la sortie sud de Snizhne. La photo a également été localisée au niveau du n° 13 de la rue Karapetyan, à moins d'un kilomètre au nord-ouest de la localisation de cette vidéo. D'après l'ombre de la photo, celle-ci a été prise vers 13h30. L'AP indique le 25 juillet que: « le 17 juillet les reporters de l'AP présents dans la ville de Snizhne ont vu un lance-missiles Buk comportant 4 missiles anti-aériens de type SA-11 stationner dans la rue. Le gros système de missiles est également connu sous le nom de Buk M-1. Trois heures plus tard, à environ 10 km à l'ouest de Snizhne, la population a entendu des bruits assourdissants et vu tomber du ciel des morceaux d'épaves et de corps du vol de la Malaysia-Airline ». Trois heures avant que le MH17 ne s'écrase correspond à 13h20, heure locale, heure également indiquée par l'ombre de la photo prise à Snizhne.

Copie d'écran de séquence filmée à Louhansk

Louhansk

La vidéo finale a été mise en ligne par le ministère de l'Intérieur ukrainien le 18 juillet. On peut voir, dans cette vidéo, le lance-missiles Buk, auquel il manque un missile, de retour sur le semi-remorque surbaissé. Lors d'une conférence de presse, le 21 juillet, le ministre russe de la Défense indique que cette vidéo a été tournée sur le territoire contrôlé par l'Ukraine indiquant que « les médias faisaient circuler une vidéo montrant soit disant un Buk se dirigeant de l'Ukraine vers la Russie. Ceci est une pure fabrication. Cette vidéo a été tournée dans la ville de Krasnoarmeysk qui est sous contrôle militaire ukrainien depuis le 11 mai, comme le montre le panneau d'affichage que vous pouvez voir dans le fond faisant la publicité pour un concessionnaire de voitures au n° 34 de la rue Dniepropetrovsk. »

Texte sur le panneau d'affichage de Louhansk cité par le ministre russe de la Défense lors de la conférence de presse, photographie du même panneau prise par un habitant de Louhansk

Cependant l'enquête menée par Bellingcat a démontré que cette déclaration du ministre russe de la Défense est fausse et il a été possible de trouver l’endroit exact de la zone de Louhansk où cette vidéo a été tournée.

Bien qu'il ne soit pas possible de déterminer l'heure exacte du tournage de cette vidéo trois faits attestent la thèse affirmée par le ministre de l'Intérieur ukrainien qui indique qu'elle a été tournée tôt le matin du 18 juillet :

  • Cette vidéo a été tournée à environ 75 kilomètres au nord de Snizhne;
  • Il manque au moins un missile sur les 4 qui arment normalement le Buk. La photo du lance-missiles Buk prise à Torez le montre avec 4 missiles, un témoin a également indiqué que le lance-missiles Buk se déplaçait avec 4 missiles;
  • Le filet visible sur la photo de Torez n’apparaît pas sur le missile de Louhansk.

Le semi-remorque surbaissé

A travers les séquences vidéo et photos montrant le lance-missiles Buk dans l'est de l'Ukraine il est clair que c'est le même semi-remorque surbaissé qui a été utilisé, d'autant plus que le véhicule a été décrit comme étant unique par son propriétaire. D'après les preuves disponibles il apparaît clairement que les séparatistes ont utilisé le même semi-remorque pour transporter des véhicules militaires après le 17 juillet.

Photo de Makiivka, Ukraine, publiée le 6 août 2014

Le 6 août 2014 une photo a été publiée sur les réseaux sociaux montrant le semi-remorque transportant des véhicules militaires à travers la ville de Makiivka à l'est de Donestk. Bien que l'indication du numéro de téléphone de la société propriétaire ait été repeinte il est clair qu'il s'agit bien du même véhicule que celui qui a été utilisé le 17 juillet.

A gauche, image satellite, prise par Google Earth, d'un semi-remorque surbaissé sur un site de location de véhicules le 24 juillet 2014. A droite, image satellite du semi-remorque surbaissé sur le même lieu le 9 août 2014.

A l'examen de l'historique des images satellite du véhicule sur le site de location du semi-remorque surbaissé il est possible d'identifier un semi-remorque rouge avec une cabine blanche qui est seul présent sur le site. En comparant les images du 24 juillet 2014 et du 9 août 2014 il apparaît clairement que le semi-remorque a été déplacé au cours de cette période ce qui accrédite la thèse de son utilisation dans un autre endroit le 6 août.

A gauche, photo du semi-remorque surbaissé prise le 24 août 2014. A droite, copie d'écran du même camion prise sur une séquence filmée par les séparatistes le 26 août.

Le 26 août 2014 une photo et une vidéo du même semi-remorque surbaissé ont été postées sur les réseaux sociaux. La vidéo montre une femme qui apparaît dans d'autres vidéos des séparatistes déjà diffusées. Elle montre également que le semi-remorque a été utilisé pour transporter des véhicules endommagés.

Conclusion

Sur la base de ces informations il apparaît clairement à l'équipe d'enquête Bellingcat MH17 que les séparatistes ont transporté un système de missiles anti-aériens à travers leur territoire le 17 juillet et qu'ils ont utilisé le même semi-remorque pour transporter ce système de missile le 17 juillet et, à au moins deux occasions en août. Le système anti-aérien Buk a été déchargé à Snizhne puis transporté sur le même semi-remorque dans la zone contrôlée par les séparatistes à Louhansk avec au moins un missile en moins.

Carte des six observations d'un lance-missiles Buk, les 17 et 18 juillet dans les territoires contrôlés par séparatistes dans l'Est de l'Ukraine.

Deuxième section : le convoi de Juin et le “Buk” 3x2

A la fin de Juin 2014, un convoi a quitté la 53ème Brigade de Missiles Anti-Aériens russe basée près de Koursk, et a rejoint les environs de la frontière ukrainienne, officiellement pour un entraînement. En utilisant diverses sources ("open source"), il a été possible, pour l’équipe d’enquête Bellingcat MH17 de rassembler les preuves des déplacements du convoi, le but du convoi, ses avec liens à la 53ème brigade, et des preuves établissant que l’un des lances missiles du convoi est le même que celui filmé et photographié en Ukraine le 17 Juillet 2014, faisant route de Donetsk à Louhansk à travers les territoires contrôlés par les séparatistes.

Le convoi

Copies d’écrans de diverses vidéos du convoi filmées par des locaux en Juin

L’équipe d’enquête Bellingcat MH17 a rassemblé 16 vidéos postées sur les réseaux sociaux, dont VKontakte, YouTube, Instagram et Odnoklassniki, qui montrent le convoi de la 53ème brigarde, quittant Koursk le 23 juin pour arriver à Millerovo le 25. L’équipe a également pu identifier la localisation exacte pour chaque vidéo, et en comparant, montrer qu’il s’agit du même convoi dans les 16 vidéos.

Il était aussi possible de trouver un article local relatant les mouvements du convoi, avec des photos de ces mêmes véhicules. D’après l’article, les soldats expliquaient aux locaux qu’ils allaient « sécuriser et renforcer le contrôle de la frontière avec l’Ukraine ».

Il a aussi été possible de faire le lien entre la Brigade et le convoi en utilisant les posts sur les réseaux sociaux de membres de la brigade. Par exemple, ce post par un membre de la brigade, Vasily Ilyin, le 25 juin, montre les unités de lanceurs Buk numérotés ainsi que la plaque d’un des transporteurs, qui correspond aux véhicules des vidéos. Les images postées par Ivan Krasnoproshin, aujourd’hui supprimées, montrent également des véhicules du convoi.

Image postée sur Vkontakte par Ilyin le 25 juin

A gauche, la plaque XP 823650 du convoi de Juin. A droite, la même plaque sur une photo postée par Ilyin

En haut, Buk 231 dans le convoi de Juin. En bas, le Buk 231 dans une photo d’Ilyin le 25 juin

A gauche, un camion du convoi, immatriculé 0639 AH 50. A droite, le même camion dans une photo de Krasnoproshin

Les images de la 53ème postées dans les réseaux sociaux montrent des certificats de l’unité faisant le détail de la campagne d’exercice qui a eu lieu entre les 22 juin et 25 juillet. Ces dates sont importantes car non seulement le convoi a été vu prendre la direction de la frontière le 25 juin, mais aussi, comme nous le verrons dans la section 3, certains véhicules sont retournés à leur base avant le 19 juillet.

Images des certificats postés par des membres de la 53 ème dans les réseaux sociaux

Buk 3×2

La plus importante caractéristique de ce convoi est la présence en son sein du même lanceur de missiles Buk filmé le 17 juillet en Ukraine et lié par certain à l’attaque du MH17. L’équipe Bellingcat MH17 se réfère à ce Buk el l’appelant le Buk 3x2 car le numéro central y est illisible. Il apparaît dans 8 des 16 vidéos de Juin, et les enquêteurs ont pu retrouver ses caractéristiques sur celui qui a été filmé et photographié en Ukraine le 17 juillet. L’équipe de l’enquête conclue que le Buk du convoi et celui se déplaçant en Ukraine occupée le 17 juillet est le même.

Capture d’écran du Buk 3x2 à Stary Oskol, Russie, le 23 juin 2014

La photo du Paris Match, prise à Donetsk le 17 juillet a été très utile pour confirmer l’origine et l’identité du lance missile. Il y a deux éléments clés qui correspondent : les marques blanches sur le bord du véhicule, ainsi que les dégâts sur le côté au-dessus des roues du Buk.

Marques sur le Buk qui faisait partie du convoi russe

Les marques sur le côté du Buk 3x2 comportent :

  • Le numéro d’unité, généralement 3 chiffres
  • Des signes de transport, dans ce cas un cercle avec une croix au centre, et l’inscription « H-2200 »
  • Une marque blanche visible sur le flanc
  • Une autre marque blanche de l’autre côté du véhicule

A l’image d’autres véhicules russes se déplaçant en Ukraine occupée par les séparatistes, on a essayé de cacher ces chiffres d’identifications. Toutefois, il est possible d’identifier les signes du Buk, car ces derniers ne sont pas systématiquement appliqués aux Buks. Ainsi, chaque Buk est marqué de manière différente et sans précision. En cas de signes ajoutés par l’armée, la position n’est pas exacte, les signes peuvent être en différents endroits de l’appareil. De plus, sur le Buk 3x2, (dont le chiffre central est effacé) nous avons une marque blanche supplémentaire sur le côté qui semble sans utilité, et pourrait bien être une simple tâche de peinture. Il est important de préciser que ces tâches sont visibles sur la photo de Snizhne.

Pour la photo de Paris Match, le haut du chiffre effacé est visible, bien que l’essentiel du chiffre d’identification et le haut du « 2 » ait été obscurcis. En travaillant l’image du Paris Match, il est possible de l’aplatir, ce qui nous a permis de superposer les images du Buk du Paris Match et celles du convoi :

Comparaison par superposition des Buks de la photo du Paris Match en Ukraine et celle prise en Russie

Il est évident, à partir de ces images, que les positions des marques correspondent. Par ailleurs, l’équipe Bellingcat MH17 a tenté de comparer de la même manière divers lances missiles photographiés en Ukraine et en Russie. Aucune de ces comparaisons n’a permis de faire correspondre tous les éléments qui ont correspondu dans le cas des photos du Buk 3x2 en Ukraine et en Russie.

Empreintes digitales

En plus de la comparaison des marques sur les véhicules, l’équipe Bellingcat MH17 a aussi pu établir un autre élément qui varie entre véhicules : les marques de dégâts et usure sur le flanc. Cette partie est typiquement soumise à des dégâts, et cela génère des marques caractéristiques que nous appelons « les empreintes digitales du flanc ». Ci-dessous, les photos de Buk qui sont probablement le même tant les marques correspondent.

En faut, image du 29 novembre 2013. Au centre, du 23 juin 2014. En bas, du 23 juin 2014

L'équipe d'enquête Bellingcat MH17 a comparé le flanc de nombreux Buks en Ukraine et en Russie pour trouver une éventuelle correspondance avec celui du Buk photographié par le journaliste du Paris Match. Dans chacune des images ci-dessous, la ligne rouge identifie le Buk du Paris Match.

De ces Buks, le flanc présentant le plus importante correspondance est le Buk 3x2 filmé en cours de transport près de Stary Oskol en Juin. Beaucoup de photos montrent des Buks qui ne sont clairement pas les même que celui du Paris Match, notamment le 312 filmé en Ukraine. Ci-dessous, des similarités sont identifiables :

En haut : Buk 3x2 filmé à Stary Oskol, Russie, en Juin. En bas : Buk filmé à Donetsk, Ukraine, par le Paris March le 17 Juillet 2014

Toutefois, il y a une différence : à droite de la comparaison, il y a une petite différence sous les identifiants de transport, qui, en fait, confirme que ces deux Buk sont bel et bien un seul et même appareil. Parce que l’image de Paris Match a été applatie, toutes les marques qui partent vers l’exterieur génèrent une distorsion qui ne serait pas visible sur les images prise directement depuis le côté du véhicule. Ainsi, si il y a une différence, ce type de marque sur le flanc devrait être visible, et le retrouver serait une confirmation qu’il s’agit bien d’un seul et même véhicule.

A gauche, la photo de Paris Match avec les marques sur le flanc. Au milieu, copie d’écran des images de Staru Oskol avec les marques sur le flanc du Buk 3x2. A droite, copie d’écran de Stary Oskol, montrant les marques du Buk 3x2.

Cette marque est ainsi visible dans deux vidéos du 3x2 en Russie; une à Stary Oskol (2.02), où l’on voit les marques de dégâts par derrière, et une autre, d’Alexeyevka (0.50) où l’on voit ces mêmes dégâts depuis la direction opposée. La trace est dans la même position que pour l’image déformée du Buk du Paris Match, ce qui confirme que le Buk en Ukraine et le Buk en Russie sont un seul et même véhicule de la 53ème brigade, filmé en Russie en Juin 2014 lors de son déplacement vers la frontière ukrainienne.

Conclusion

D’après l’équipe d’investigation Bellingcat MH17, le lance-missiles Buk filmé et photographié en Russie lors de son transport vers la frontière ukrainienne en Juin est le même que celui filmé en Ukraine occupée par les séparatistes le 17 juillet.

Carte montrant le parcours du convoi de Juin de Koursk à Millerovo près de la frontière ukrainienne. Chaque point désigne une apparition confirmée du convoi grâce aux vidéos des réseaux sociaux

Troisième section : le convoi de Juillet

Après la chute du MH17, les vidéos ont été envoyées à divers sites Web montrant un convoi militaire voyageant à travers la Russie. Le convoi se composait d'un certain nombre de véhicules transportant des unités couvertes, ainsi que deux systèmes Buk visibles. L'équipe d'enquête Bellingcat MH17 a été en mesure d'établir l'itinéraire du convoi qui provenait de la 53ème Brigade de Missiles Anti-Aériens. Dans le convoi de Juillet, l’un des véhicules était également présent dans le convoi de Juin. En outre, au moins un chargeur de missiles Buk, vu dans le convoi de Juin a été enregistré le 20 juillet à proximité des zones contrôlées par les séparatistes à la frontière, à des centaines de kilomètres de l’endroit où il a été enregistré dans le convoi de Juin.

Le convoi

L'équipe d'enquête Bellingcat MH17 a pu identifier, sur 10 vidéos postées les 19 et 20 juillet 2014, un convoi militaire composé de plusieurs véhicules, dont certains étaient couverts sur des transporteurs. Il était alors possible d’établir un lien entre ces véhicules du convoi de la 53ème Brigade de Missiles Anti-Aériens et l'image ci-dessous prise le 20 juillet par vidéo Fedeseyevka. Cette vidéo montre un BT80 avec le nombre 993.

Capture d'écran de la vidéo Fedeseyevka

Le même véhicule apparaît dans les photos sur la page VKontakte de Sanya Reznikov, qui, selon son profil, a servi dans la 53ème Brigade de 2013 à un jour de 2014.

BT80 à la 53e Brigade de Missiles Anti-Aériens

D'autres membres de cette Brigade ont également posté des photographies de ce même véhicule avec des marques identiques.

Bien que la plupart des véhicules du convoi de Juillet semblent aient eu des plaques d'immatriculation différentes de celles du convoi de Juin (quand elles sont visibles), au moins un véhicule vu dans le convoi de Juin était dans le convoi de Juillet.

A gauche, sur la capture d'écran de Stary Oskol, le 23 juin. A droite, sur la capture d'écran de Fedoseyevka le 19 juillet. Les deux plaques d'immatriculation sont XP 0030 50.

Au regard des vidéos recueillies par l'équipe d'enquête Bellingcat MH17, il a également été possible de suivre les déplacements du convoi les 19 et 20 juillet. Les séquences filmées par Fedoseyevka le 19 juillet semblent placer le convoi au départ de l'itinéraire, traversant la ville de Stary Oskol, puis Alexeevka au sud-est de Stary Oskol, et enfin il a été vu pour la dernière fois plus au sud, dans la ville de Olkhovatka le 20 juillet.

Une vidéo prise le 20 juillet a un intérêt particulier pour l'équipe d'enquête Bellingcat MH17. Cette vidéo a été postée en ligne de Kamensk-Shakhtinsky, à plus de 300 km de l'endroit d’où ont postées les autres vidéos le 20 juillet. Cette vidéo montre un chargeur de missiles Buk transporté à travers la ville. Ce même véhicule a été considéré comme faisant partie du convoi de Juin se dirigeant vers la frontière ukrainienne (en Juin).

En haut, le missile chargeur Buk en Juin. En bas, le même véhicule le 20 Juillet à Kamensk-Shakhtinsky

L'équipe d'enquête Bellingcat MH17 a pu établir l'emplacement précis de la vidéo : le véhicule était environ à 20km de l'autoroute M21 qui va vers l'est de la frontière ukrainienne. Le véhicule se dirigeait vers le sud, peut-être vers la ville frontalière russe de Donetsk (à ne pas confondre avec Donetsk en Ukraine). Donetsk avait déjà été identifié comme un point de passage pour les unités venues de Russie et entrant dans les territoires contrôlés par les séparatistes en Ukraine.

En haut, une capture d'écran de la vidéo le 20 juillet à Kamensk-Shakhtinsky. En bas, au même endroit sur Google Street View

Notons deux différences avec les enregistrements du Buk en juin. D’une part, les missiles sont dans des positions différentes, et d'autre part, les missiles sont couverts dans un filet de camouflage. Bien que ce ne soit pas certainement concluant, l'équipe d'enquête Bellingcat MH17 note que lors de leur investigation, ils ont seulement vu un filet utilisé sur un autre véhicule : le Buk a été filmé en Ukraine le 17 juillet.

En haut, une capture d'écran de la vidéo le 20 juillet à Kamensk-Shakhtinsky. En bas, la photo du lanceur de missiles Buk vu dans Torez le 17 juillet

Conclusion

D'après les renseignements ci-dessus l'équipe d'enquête Bellingcat MH17 conclut qu’à un moment donné, fin juin, des véhicules appartenant au convoi du 23 juin de la 53ème Brigade de Missiles Anti-Aériens se sont séparés. Certains de ces véhicules sont retournés à la 53ème Brigade de Missiles Anti-Aériens basée à Koursk et ont rejoint le 19 juillet la base du convoi, alors qu’au moins un autre, un chargeur de missiles Buk, semble avoir quitté le convoi principal pour se diriger vers la frontière ukrainienne, à proximité d'un passage tenu par les séparatistes. Pour l'instant, il n'a pas été possible d'établir à quelle date le convoi du 23 juin est retourné à la base de la 53ème Brigade de Missiles Anti-Aériens de Koursk, ni le nombre d'unités présentes dans le convoi. Cependant, il est clair qu'au moins un lanceur de missiles Buk (3×2) du convoi du 23 juin était à l'intérieur du territoire contrôlé par les séparatistes le 17 juillet, et 3 jours plus tard, une vidéo montre que l'unité du système de chargeur Buk était très proche de la frontière ukrainienne. Considérant les contraintes de temps, (la logique des itinéraires) la logistique et les preuves photographiques, il est possible que ce lanceur de missiles Buk faisait partie du même convoi du 23 juin que le "Buk 3×2" pour le renforcer. Cependant, il n'a pas été possible d'établir la relation entre les deux véhicules.

En haut, une carte indiquant l'itinéraire du convoi de Juillet partant de Stary Oskol à Olkhovatka. Chaque point désigne une observation du convoi vérifiée par des vidéos téléchargées sur les réseaux sociaux. En bas, un lanceur de missiles Buk à Kamensk-Shakhtinsky, au sud d’Olkhovatka

Remerciements

L'équipe d’enquête Bellingcat MH17
Timmi Allen
Andrew Haggard
Eliot Higgins
Veli-Pekka Kivimaki
Iggy Ostanin
Aric Toler
Ce rapport a été créé en collaboration avec Slack.com.
Merci à MapBox pour leur aide et la réalisation des cartes utilisées dans cette enquête.

Traduction française par l’équipe de bénévoles du CRCUF.

Source (en anglais)

Initialement publié le 17-11-2014